Publications

  • Conférences

La république numérique 7 raisons de changer d’ambition

Tendances n°38

Vous faites sans doute partie des 80 % de la population qui utilise Internet au quotidien. Mais alors pourquoi bloque-t-on encore sur la notion de fracture numérique quand ces nouvelles technologies sont devenues de facto une exigence, et même mieux, une opportunité de réinventer notre démocratie ? La transition numérique est loin d’être un concept virtuel et va bien au-delà de la question de l’accès. Il existe au moins sept bonnes raisons pour que cette ambition prenne vie sur nos territoires. Michel Briand nous propose de mieux comprendre les facteurs de métamorphose de notre société qui conduisent à un véritable changement de paradigme. Paraquoi ? Paradigme, une vision renouvelée, un modèle innovant pour expliquer les mutations à l’oeuvre et la nécessaire adaptation de nos territoires. Ce nouveau cadre de pensée est rendu possible grâce à la collaboration permise par les outils numériques. C’est ainsi que, collectivement, devrait s’emprunter le chemin de cette incontournable transition.

  • Conférence

La vie privée & internet : un problème de vieux cons ?

Tendances n°37

Paradis des gamers, refuge des dissidents ou gigantesque marché noir…, Internet est avant tout un espace d’expression inégalé. Sur le Net, on peut tout dire, tout voir, tout acheter et depuis les révélations d’un certain Edward Snowden, le monde a pris conscience que l’on pouvait aussi tout épier. Les internautes sont passés brutalement d’un sentiment de sécurité (très relatif) à une véritable paranoïa : on ne pourrait plus envoyer d’emails, de SMS ou dialoguer en messagerie instantanée sans prendre un risque inconsidéré, Damned ! Mais alors, pourquoi la jeune génération s’expose-t-elle à ce point sur les réseaux sociaux ? Inconscience ? Immaturité ? Et si c’étaient ces « petits cons » qui avaient tout compris ? À l’heure où l’internaute serait devenu une marchandise que l’on peut espionner en toute impunité, Jean-Marc Manach remet les pendules à l’heure et nous livre les clés pour que notre vie privée ne devienne pas rapidement qu’un lointain concept, so XXe siècle !

  • Conférence

Bleu, Blanc, Zèbre : Aux actes citoyens !

Tendances n°36

L’heure de la rentrée a sonné ! Celle du pouvoir d’agir de tout un chacun aussi. Outillés grâce au numérique, c’est encore plus simple. Faire autrement du politique sans faire de politique, c’est ce que propose Alexandre Jardin avec le collectif citoyen Bleu Blanc Zèbre. Cette plateforme web, tel un bâton de pèlerin 2.0, lui permet de rassembler toutes les personnes éminemment déterminées à passer à l’acte et à aider à la transformation du pays. Existe-t-il un exemple semblable dans d’autres pays ? « Non, mais ca tombe bien », vous dira-t-il. Pourquoi ? « Parce qu’on va le faire, et on va le faire tant qu’il en est encore temps ! » Un élan d’optimisme pour cette rentrée plutôt morose, cela fait du bien ! Faites connaissance avec les zèbres et découvrez sans plus tarder pourquoi il est urgent d’agir en parcourant cet entretien avec notre conférencier. Sa présentation du 11 septembre dernier lancait le cycle « Citoyen à l’heure du numérique ».

  • Conférence

Léo l’étudiant : au pouvoir à 20 ans

Tendances n°34

La voilà, l’icône de la jeunesse politique québécoise, un jeune homme de 24 ans au look décontracté et à la démarche assurée. Pourtant, ne vous fiez pas aux apparences, Léo Bureau Blouin est un animal politique sous ses airs de jeune premier. Ancien leader étudiant des manifestations du Printemps érable (contre la hausse des frais de scolarité), Léo Bureau Blouin a déjà, malgré son jeune âge, un mandat ministériel à son actif. Au gouvernement québécois, il était en charge des dossiers jeunesse, et sur ce sujet, il est intarissable. ll connaît, bien sûr, sur le bout des doigts, les dossiers dont il avait la charge, mais fait preuve d’une grande maîtrise des enjeux transversaux. Pour ne rien gâcher, il sait capter son auditoire en parlant sans langue de bois ! Il a décrypté pour nous les rouages de l’engagement des jeunes générations, et a démontré l’importance de leur faire une place dans les débats publics. Malgré le long voyage qui l’a mené jusqu’à nous, et un certain décalage horaire, Léo Bureau Blouin s’est prêté au jeu des questionsréponses avec beaucoup de sincérité et de bonne humeur. Rencontre avec un jeune homme dont nous n’avons pas fini d’entendre parler, à lire avec l’accent bien sûr !

  • Conférence

La pédiatrie sociale en communauté

Tendances n°33

La pédiatrie sociale en communauté (PSC), vous connaissez ? Développée au Québec il y a une vingtaine d’années, cette approche du bien-être de l’enfant n’en est en France qu’à ses premiers pas. À l’origine de cette pratique, la prise de conscience d’un homme, le Dr Gilles Julien. Pratiquer une médecine où les petits patients sont des « cas » ou des n° de dossiers ? Pour lui, non merci. Au-delà du bobo, du bouton ou du vaccin, il y a une vie et un être humain parfois en détresse. Par manque de temps, de moyens, les pédiatres n’ont pas toujours la possibilité de chercher au-delà des symptômes purement médicaux. C’est pourquoi le Dr Gilles Julien a pris un jour son bâton de pèlerin et est parti dans les quartiers à la rencontre des familles. Son objectif : remettre l’enfant au centre dans le respect de ses droits fondamentaux et ainsi trouver une facon de redonner une chance aux laissés-pourcompte. Sa solution : rechercher la transversalité, rassembler des professionnels de tous horizons et provoquer des discussions entre les différents piliers nécessaires à l’épanouissement d’un enfant, de la naissance à sa vie d’adulte. Loin de l’angélisme, le Dr Gilles Julien propose des solutions très concrètes qui ont fait leur preuve au Québec. En route pour un voyage au pays de l’enfance où égalité,santé, éducation et protection ne sont pas des chimères

  • Passerelle

Réponses globales pour favoriser l’autonomie de la jeunesse

Tendances n°// Passerelle 5

Le passage de l’enfance à l’âge adulte est une période de fragilité semée d’embûches et de décrochage pour certains jeunes. Chaque individu est censé trouver sa place dans la société, tout en apprenant à se connaître. Le jeune se cherche, s’affirme et
après tout, il n’y a rien d’anormal à cela. Mais certains sont plus vulnérables que d’autres, face aux inégalités constatées. Acquérir autonomie et indépendance relèverait donc à la fois d’un parcours du combattant et d’une course contre la montre, où
le minimalisme expérimental semble de mise. Bon nombre de jeunes qui s’écartent momentanément des voies toutes tracées sont stigmatisés. Ne pourrions-nous pas entourer nos jeunes d’un peu plus de bienveillance et d’espoir pour libérer leur créativité et leur capacité à s’adapter ? La Loire-Atlantique accueillera 46 000 jeunes de 15 à 29 ans d’ici 2040. Ils sont notre avenir. De multiples acteurs sont prêts à mettre à profit leurs compétences pour aider cette jeunesse à prendre son envol tout autant que ses responsabilités. Encore faut-il se mettre en phase, tous autour d’une même table pour mieux l’accompagner. Quelle réponse englobant le maximum d’éléments déterminants à la construction de la jeunesse peut-on proposer et imaginer avec elle ? Le groupe Passerelle est monté sur le pont pour s’y atteler. Êtes-vous prêts à franchir les premières bouées de balisage de cette véritable course contre la montre ?