Publications

  • Passerelle

Réponses globales pour favoriser l’autonomie de la jeunesse

Tendances n°// Passerelle 5

Le passage de l’enfance à l’âge adulte est une période de fragilité semée d’embûches et de décrochage pour certains jeunes. Chaque individu est censé trouver sa place dans la société, tout en apprenant à se connaître. Le jeune se cherche, s’affirme et
après tout, il n’y a rien d’anormal à cela. Mais certains sont plus vulnérables que d’autres, face aux inégalités constatées. Acquérir autonomie et indépendance relèverait donc à la fois d’un parcours du combattant et d’une course contre la montre, où
le minimalisme expérimental semble de mise. Bon nombre de jeunes qui s’écartent momentanément des voies toutes tracées sont stigmatisés. Ne pourrions-nous pas entourer nos jeunes d’un peu plus de bienveillance et d’espoir pour libérer leur créativité et leur capacité à s’adapter ? La Loire-Atlantique accueillera 46 000 jeunes de 15 à 29 ans d’ici 2040. Ils sont notre avenir. De multiples acteurs sont prêts à mettre à profit leurs compétences pour aider cette jeunesse à prendre son envol tout autant que ses responsabilités. Encore faut-il se mettre en phase, tous autour d’une même table pour mieux l’accompagner. Quelle réponse englobant le maximum d’éléments déterminants à la construction de la jeunesse peut-on proposer et imaginer avec elle ? Le groupe Passerelle est monté sur le pont pour s’y atteler. Êtes-vous prêts à franchir les premières bouées de balisage de cette véritable course contre la montre ?

  • Passerelle

Urbanisme collaboratif

Tendances n°//Passerelle 4

Plus de 330 000 habitants devraient rejoindre notre territoire d’ici 2040. Leur arrivée, les mouvements de population à l’intérieur même du département, le vieillissement de la population ou encore la tendance croissante à la décohabitation
sont des facteurs qui modifient la demande en logements et en équipements. Ils conduisent aussi à un développement inégal entre les espaces variés de Loire-Atlantique et à un clivage social parfois important. Avec 167 habitants en moyenne au km² (densité supérieure à la moyenne nationale) et une surface artificialisée occupée à seulement 1,7 % par du bâti, comment maintenir la qualité de vie qui fait le renom de la Loire-Atlantique ?
La consommation d’espace est un enjeu de taille qu’il nous faut apprendre à maîtriser collectivement et différemment. Le citoyen a un rôle central à jouer dans ce débat. Quelle place lui céder pour qu’il puisse prendre la parole ? L’actualisation des pratiques de développement local semble un incontournable. Urbanisme collaboratif, quelle prise en compte du regard du citoyen dans l’aménagement de son territoire, en particulier en milieu rural ? Embarquement immédiat pour une vue du ciel de la démocratie participative dédiée à l’aménagement des espaces ruraux en Loire-Atlantique.

  • Passerelle

Compétences : levier pour une intelligence collective de territoire

Tendances n°// Passerelle 3

Le niveau global d’information de la population a largement augmenté dans les dernières années. Les pratiques des citoyens changent beaucoup. Ils osent interpeller les professionnels sur leurs terrains de prédilection en revendiquant de nouvelles connaissances. Deuxième constat : d’ici à 2040, nous serons 334 000 habitants de plus qu’aujourd’hui en Loire-Atlantique. L’attractivité de notre territoire et sa capacité à faire face rapidement aux enjeux de société seront liées, demain plus encore qu’aujourd’hui, à sa capacité à mobiliser les compétences. Or, si nous en avons toutes et tous, diplômés ou non, que se cache-t-il vraiment derrière ce terme clé de compétences ? Comprendre les dynamiques de compétences sur un territoire est essentiel pour miser sur les forces vives de ce dernier et relever les défis qui jusque-là n’étaient pas ou mal pris en compte. La problématique se vérifie un peu plus chaque jour, dans un contexte de transition sociétale plus urgente, qui se heurte à des difficultés d’élaboration et de mise en oeuvre de politiques publiques en faveur du développement durable. Comment révéler les talents et valoriser des compétences acquises sur le terrain par les citoyens ? Quid de l’expertise d’usage ? Quelles pistes d’avenir permettraient de consolider l’intelligence collective autour du développement durable ? Ce sont les questions qui ont guidé l’exploration de ce groupe Passerelle.

  • Passerelle

Expérimentations sociales en Loire-Atlantique

Tendances n°//Passerelle2

Les innovations sociales font référence aux initiatives répondant à un besoin de société pour lequel aucune solution n’a été proposée par les collectivités ou l’économie traditionnelle de marché. C’est en apportant de nouvelles idées que les innovations sociales participent à la soutenabilité de notre territoire. Bon nombre de ces solutions font appel au bon sens et à la créativité. Elles replacent l’usager au coeur de son territoire, mais aussi le salarié au cœur de l’entreprise. L’innovation sociale n’est donc pas en soi un nouvel eldorado mais connaît un nouvel élan lui permettant de se structurer pour être plus visible et soutenir le territoire dans sa volonté d’être plus « durable ». Découvrez le carnet de voyage de ce 2e groupe Passerelle 2015 qui préfère d’ailleurs parler d’expérimentation sociale et parcourez ce circuit panoramique des initiatives de la Loire-Atlantique sans plus attendre !

 

  • Passerelle

Innovation et développement durable

Tendances n°//Passerelle 1

Paradoxe ou opportunités pour la cohésion du territoire ? La prise en compte de l’environnement dans les sphères économique et sociétale s’opère maintenant depuis plusieurs années. Les démarches pour prévenir les conflits d’usages, qu’ils soient spatiaux, sociaux ou politiques entraînent pourtant des incompréhensions.
En parallèle, technologie et progrès qui en découlent (biomatériaux, nanotechnologies, énergies renouvelables… ) rendent possible la mise en oeuvre de nouvelles solutions en faveur d’une économie intégrant le bien-être des populations (sobriété énergétique, décarbonation, bioéconomie, solidarités…). Le poids accordé à l’innovation pour favoriser, à long terme, le développement durable du territoire s’en trouve renforcé. Et c’est cette idée-là qu’a souhaité explorer ce premier groupe Passerelle. Parcourez la synthèse de leur débat comme si vous vous prépariez à une randonnée sur un circuit découverte.

Ddesignfiction_devterritoire2écouvrez également l’affiche de « design fiction » imaginée pour illustrer une projection des innovations en 2028 !

 

  • Conférence

Alimentation et surpoids : quand la culture ramène sa fraise

Tendances n°35

« Finis ton assiette, sinon tu resteras tout petit ! » Pour nos grands-mères, bien (et beaucoup) manger était un gage de bonne santé. Seulement voilà, les temps ont changé, et le contenu de nos réfrigérateurs aussi. Malgré les efforts de nombreux parents pour donner à leurs enfants une alimentation saine et équilibrée, le spectre de l’industrie agroalimentaire n’est jamais loin, la tentation du fast-food non plus. Pourtant, comparée à nos voisins d’outre- Manche et d’outre-Atlantique, la France se situe dans un contexte bien moins critique concernant la santé de ses enfants. La chance que nous avons réside dans notre modèle alimentaire. Basé sur la commensalité1, il permet d’éviter pour l’instant les dérives rencontrées par les pays anglo-saxons. Mais pour combien de temps encore ? Malgré l’ancrage culturel profond de notre modèle alimentaire, force est de constater que les petits Francais s’arrondissent. Que faire ? Les mettre au régime ? « Sûrement pas ! », vous répondrait Mohamed Merdji. Pour lui, imposer à un enfant de compter ses calories ou de peser ses aliments est un non-sens contre-productif. L’alimentation ne devrait plus être abordée sous l’angle médical, mais culturel. Ce constat est l’une des bases du programme « Educ’Alim » mené par Mohamed Merdji et qui fait déjà ses preuves dans plusieurs écoles de Nantes et d’Angers. Retour sur cet acte quotidien et pourtant si important qu’est manger.